pharma|\|ë|2[)

Si je vivais du logiciel privateur, j'aurai honte de moi

2015-11-25 mercredi

Ma maman vient de me transmettre ce message qu'elle a reçu de LDLC car elle sait que je recommande cette société pour sa gamme d'ordinateurs de bureau vendus sans Windows.

« Vous éprouvez un grand intérêt pour l'univers du high-tech, le
commerce vous passionne, vous savez manager et dynamiser des équipes, 
faire vivre votre boutique ? Vous avez alors toutes les chances de 
réussir en adhérant au concept des franchises LDLC.com. »

Cependant, et comme la presque totalité du secteur informatique, LDLC n'est pas une entreprise libriste. S'il lui arrive effectivement de vendre du matériel sans Windows dessus, c'est juste parce que ça se vend. (Ce qui est d'ailleurs encourageant, mais c'est un autre sujet).

Cette entreprise est creuse.

Car l'informatique sans le Logiciel Libre, c'est comme la Science sans Conscience, ou comme la médecine sans déontologie : c'est du Dr. Mengele.

Et effectivement, la comparaison se vaut quand on sait que ça ne leur fait ni chaud ni froid de participer à la suppression des piliers de toute démocratie par leur vente de matériel et de logiciels corrompus. En effet, de la part de LDLC, je reçois surtout des publicités ventant les pièges privateurs ; je n'ai encore jamais rien reçu de leur part qui vanterait la vie sans Windows qui est pourtant abordable depuis déjà plus d'une décennie, même aux moins doués.

Il faut que les citoyens français prennent conscience du problème : aujourd'hui dans le monde, des dissidents politiques sont repérés suite à leur utilisation de logiciels déloyaux, puis emprisonnés voire torturés et tués.

« Il faut se méfier de tous les outils qui ne sont pas libres (…) dont on ne peut (notamment) pas voir le code source. » expliquent les (vrais) hackers. Or, ce sont les mêmes logiciels privateurs qui sont utilisés en France comme partout dans le monde. Et au sein même des soi-disant démocraties, des lois instituant la surveillance généralisée se mettent en place.

Il apparaît donc clairement que très progressivement mais inexorablement, la France se soumet aussi bien à la dictature que d'autres pays. Et les dictatures modernes disposent d'un appareil de surveillance qui aurait permis aux pires dictatures du XXeme de perdurer indéfiniment.

Contre cette dégradation de la démocratie, notre seul espoir est autant technique que politique : l'avènement de logiciels que la société contrôle (les logiciels libres) en remplacement exclusifs des logiciels qui contrôlent la société (les logiciels privateurs).

Or la majorité des « informaticiens » ne fait rien pour sacrifier le confort de son monopole mesquin. Comment ne pas comparer cette lâcheté avec le courage de ceux qui, dans l'Histoire, ont sacrifiés leurs vies pour défendre la France et la Liberté.

En léguant à mes descendants sans m'être battu, une société française moins libre que celle que m'ont laissé mes ancêtres, j'aurais honte de moi. En tout état de cause, j'ai honte pour les collaborateurs de LDLC comme pour 99% des informaticiens.

Quelques liens supplémentaires :

Moi CC-BY-SA

Send me an email

I love Free Software Free Software, Free Society Datalove Liberté professionnelle Privacy Journée internationale contre les DRM

Site auto-hébergé généré par Archlinux ARM et Nginx | thème dérivé de Dark & Blue.

© Nicolas Floquet - CC-BY-SA | Édité sous Emacs 24.5.1 (Org mode 8.2.10).